Actualités de la Fédération du Parti Socialiste Gersois

Harlem Désir: «je ne veux pas que la France devienne l’Italie de Berlusconi»

Harlem Désir était l’invité de France Info lundi 15 avril. Alors que les patrimoines des membres du gouvernement seront publiés dans l’après-midi, le Premier secrétaire du PS a réagi aux mesures annoncées pour une moralisation de la vie politique.

 

La publication des patrimoines pour rétablir la confiance des Français

Interrogé sur l’importance de rendre son patrimoine public en tant qu’élu, Harlem Désir a expliqué l’avoir fait sur son blog dans une optique démocratique. En effet, celle-ci suppose la confiance dans les représentants élus pour faire fonctionner les institutions :

D’abord c’est une arme contre les fantasmes. (…) C’est une arme antipopuliste, c’est une arme anti-poujadisme (…) La logique c’est de vérifier que pendant la durée d’un mandat, il n’y a pas tout à coup, un enrichissement qui n’aurait pas de cause justifiée au regard de l’exercice de ce mandat public.

Et de saluer les avancées telles que le contrôle renforcé de la haute autorité et les mesures de lutte contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux, grâce aux orientations données par François Hollande:

Le président de la République a eu raison de prendre des décisions fortes, des décisions radicales. Et de dire qu’il fallait un acte de moralisation de la vie politique.

L’important: continuer de mettre en œuvre sur le terrain la politique de redressement de François Hollande

Le Premier secrétaire a rappelé les priorités des socialistes: poursuivre la politique du gouvernement et la mettre en œuvre sur le terrain. En effet , François Hollande a été élu avec un programme de redressement économique et industriel. Et de poursuivre sur les éléments déjà mis en place: la Banque Publique d’Investissement, les contrats de génération, les emplois d’avenir.

Je demande aux élus d’aller sur le terrain comme je le fais moi-même, à la rencontre des Français, à la rencontre des collectivités, à la rencontre des associations, des entreprises et de leur dire : vous pouvez utiliser les contrats générations, les emplois d’avenir, vous avez une Banque Publique d’Investissement, qui maintenant est présente dans les régions et de montrer le cap de la politique qui est menée.

Une droite toujours plus conservatrice qui crée un climat de tensions

Harlem Désir a finalement dénoncé l’attitude de la droite, qu’il s’agisse de son opposition aux mesures de transparence de la vie politique, en particulier des réticences de François Fillon et de Jean-François Copé:

Moi, je ne veux pas demain que la France devienne l’Italie de Berlusconi ou de Beppe Grillo. (…) Il faut soutenir l’action du président de la République dans ce domaine et comprendre pourquoi monsieur Copé, monsieur Fillon, sont aussi réticents.

Ou de ses alliances de fait avec l’extrême-droite dans l’opposition violente au mariage pour tous, qu’il s’agisse des incidents devant le Sénat ou de pourchasser des personnalités telles que Caroline Fourest ou le président du groupe d’Europe-Ecologie à l’Assemblée nationale jusque chez lui:

Nous voyons, la droite d’une certaine façon s’allier avec les franges les plus radicales, les plus extrémistes, des franges d’extrême-droite, pour créer un climat de tension.

[iframe frameborder= »0″ width= »480″ height= »272″ src= »http://www.dailymotion.com/embed/video/xz0nbl » ]
"Je ne veux pas qu'on devienne l'Italie de… par FranceInfo