Actualités de la Fédération du Parti Socialiste Gersois

Vincent Peillon : «Quand l’école avance, c’est le pays entier qui avance»

Vincent Peillon était l’invité politique de France Inter jeudi 24 janvier. A cette occasion, le ministre de l’Education nationale a expliqué son projet de loi de refondation de l’école présenté la veille.

Une réforme dans l’intérêt de l’élève, avec le corps enseignant

Vincent Peillon a réaffirmé la volonté de faire cette réforme dans l’intérêt des élèves mais avec «tout le monde», en insistant sur son respect des enseignants:

Quand l’école avance c’est le pays entier qui avance. […] Je veux faire cette réforme avec tout le monde, avec les collectivités, avec les enseignants.

Puis de rappeler la décision prise la veille en Conseil des ministres: la remise en place de la formation des enseignants, soit 27 000 postes. En effet, il s’agira de permettre aux jeunes enseignants d’être formés pendant un an, d’avoir une entrée progressive et d’être payés pour se former. Le ministre a également rappelé la création de 7 000 postes pour «plus de maîtres que de classes».

Rythmes scolaires: une réforme pas à pas

S’agissant des rythmes scolaires, Vincent Peillon a souligné le fait que les négociations préalables avaient été saluées par les enseignants et que le temps à présent était à l’explication. Se défiant de ne pas respecter la promesse de François Hollande de rallonger l’année scolaire, le ministre a expliqué:

Vous voyez bien comment il faut aller pas après pas. […] Vous avez la question de la journée, la question de la semaine, la question de l’année. […] Nous avons inscrit dans la durée cette réforme. […] Nous allons continuer.

Une réforme adaptée au niveau local

Enfin Vincent Peillon a conclu sur les modalités de mise en œuvre de la réforme et son adaption notamment pour ce qui touche aux activités périscolaires par les collectivités locales:

C’est pour cela que nous avons d’ailleurs, avec le président de la République et le Premier ministre, prévu ce fonds de 250 millions d’euros, et que nous mobilisons y compris les mouvements d’éducation populaire. […] Ç̧a suppose donc que chacun construise ce projet éducatif territorial […] et choisisse ce qui est le plus intéressant pour les élèves.

[iframe frameborder= »0″ width= »480″ height= »272″ src= »http://www.dailymotion.com/embed/video/xwzolk » ]
Vincent Peillon par franceinter

Parti socialiste