Appel à voter en faveur d’Anne HIDALGO, candidate de la justice sociale, du pouvoir d’achat et de la ruralité

Lors de la visite d’Anne Hidalgo à Auch, le 26 avril dernier.

Dimanche, les Françaises et les Français auront un choix déterminant à faire pour leur avenir et celui de leurs enfants. L’élection à la Présidence de la République constitue un moment crucial dans la vie de notre Nation.

Jamais, pourtant, une campagne électorale présidentielle n’aura été alimentée de si peu de débats de fond.

Jamais un rendez-vous démocratique d’une telle importance n’aura suscité un si faible intérêt. Depuis des mois, on prépare l’opinion à un duel entre un ou une candidat.e d’extrême-droite et un président sortant refusant le débat, dont le programme se teinte chaque jour davantage d’une idéologie libérale poussée à son paroxysme.

Face à ce scénario-catastrophe, nous, femmes et hommes de gauche, élus de terrain mobilisés au quotidien auprès de nos concitoyens et de l’ensemble des acteurs de nos territoires, refusons la résignation et le fatalisme, autant que nous rejetons la démagogie et la surenchère.

Nous appelons donc les Gersoises et les Gersois à faire le choix de l’audace et de l’ambition en apportant leurs suffrages à Anne HIDALGO.

Le choix de l’audace, parce que le combat des socialistes a toujours été guidé par le courage, qui implique de conquérir le pouvoir pour transformer la société. Le sens des luttes qu’ils mènent depuis près de deux siècles reste plus que jamais d’actualité, dans un monde instable, où les injustices sont de plus en plus criantes.

Le choix de l’ambition, aussi, parce que le projet que porte Anne HIDALGO propose des mesures fortes pour rééquilibrer la société et redistribuer les richesses au profit du plus grand nombre, par exemple :

  • l’augmentation des salaires avec une hausse immédiate du SMIC de 15% (soit 200 € nets de plus par mois),
  • le maintien de l’âge de départ à la retraite à 62 ans, avec le rétablissement des critères de pénibilité supprimés par l’actuel président pour les personnes pouvant prétendre à la retraite à 60 ans,
  • l’augmentation du minimum vieillesse à 1000 € nets mensuels,
  • La poursuite de l’augmentation des retraites agricoles pour les exploitants, conjoints et aidants familiaux,
  • des mesures ambitieuses en faveur de l’agroécologie et des circuits courts, visant à l’amélioration continue de la production agricole, payée au prix juste au producteur, et à la souveraineté alimentaire,
  • une politique active de relocalisation des activités économiques et industrielles,
  • une réforme en profondeur du financement de l’hôpital public afin qu’il réponde aux besoins réels des Français et non plus aux seuls objectifs de rentabilité,
  • la priorité redonnée de façon concrète à l’éducation et à la culture afin de favoriser l’épanouissement individuel et collectif de nos concitoyens et de construire une société plus tolérante et fraternelle,
  • la volonté de faire de nouveau confiance aux collectivités territoriales et de mettre fin au mouvement de recentralisation qui dégrade aujourd’hui les conditions d’accès et la qualité des services publics de proximité, notamment dans les territoires ruraux…

Ces propositions s’inscrivent dans un projet de société global qui rompt clairement avec la politique inégalitaire de l’actuel président de la République. Ce projet, nous le partageons avec la grande famille des progressistes européens. La social-démocratie a d’ailleurs obtenu la confiance des électeurs dans de nombreux pays où elle est aujourd’hui en responsabilité, notamment au Portugal et en Espagne, mais aussi en Allemagne et en Italie. Elle y a pris des mesures historiques en faveur du pouvoir d’achat, de la modernisation de la société et des jeunes générations.

Le 10 avril, c’est donc à un vote d’espoir et d’avenir que nous appelons. Ce vote, c’est le vrai vote utile, celui qui permettra à la gauche de gouvernement d’offrir aux Françaises et aux Français le choix de l’alternance.

Ce vote, c’est celui en faveur de celle qui porte un projet ambitieux de justice sociale, de transition climatique et qui, par son expérience et ses compétences, possède l’envergure d’une femme d’Etat.

Dimanche 10 avril, nous vous invitons à voter, avec nous et avec détermination, pour Anne HIDALGO !

Les premiers signataires :

Gisèle Biémouret, députée, Franck Montaugé, sénateur, Philippe Dupouy, président du conseil départemental du Gers, Muriel Abadie, vice-présidente de la Région Occitanie, Christian Laprébende, maire d’Auch, Pascal Mercier, président de l’agglomération de Grand Auch Cœur de Gascogne, David Taupiac, maire de Saint-Clar, conseiller régional, Bernard Gendre, vice-président du Conseil départemental du Gers, Jean-Pierre Cot, maire de Lombez, vice-président du conseil départemental du Gers, Francis Idrac,maire de l’Isle-Jourdain, Michaël Aurora, conseiller départemental, premier secrétaire de la fédération du Parti socialiste du Gers, Chantal Dejean-Dupèbe, conseillère départementale, Charline Dumont, conseillère départementale, Camille Bonne, conseiller départemental, Jean-Louis Guilhaumon, maire de Marciac, Bernard Pensivy, maire d’Auterrive, Philippe Cahuzac, maire de Justian, Jérôme Samalens, maire de Montégut, vice-président du conseil départemental du Gers, Gilles Bégué,maire de Thoux, Philippe Augustin, maire de Berrac, Cathy Daste-Leplus, vice-présidente du conseil départemental, Roger Breil,maire de Masseube, Alain Scudellaro, maire de Lamothe-Goas, Dominique Gonella, maire de Marsolan, […]

Téléchargez ici le communiqué de presse