Pouvoir d’achat: à quand des mesures aux effets durables?

Les gesticulations et autres « appels à la responsabilité » des députés de La République en Marche autour du projet de loi « pouvoir d’achat » ne suffiront pas à les faire passer pour les nouveaux champions de la générosité et du partage.

Si personne ne conteste que les mesures proposées dans le projet de loi en cours d’examen sont effectivement de nature à diminuer, sans les supprimer(1), les effets d’une inflation galopante, l’inaction du Gouvernement pour renforcer de manière durable le pouvoir d’achat des Français reste patente.

En effet, les vraies mesures à prendre ne sont pas dans des baisses de charges, des primes et autres aumônes aussi illusoires que circonstancielles, mais dans une solide revalorisation des salaires et une meilleure répartition des richesses. L’augmentation du Smic à 1 500 €, le rétablissement de l’ISF, la taxation des revenus du capital seraient des propositions autrement plus convaincantes, car de nature à consolider durablement le pouvoir d’achat de nos concitoyens les plus fragiles, ceux dont la masse ne cesse de grossir et qui font aujourd’hui la majorité de notre population.

Reprenant mot pour mot la déclaration du député de la première circonscription qui, il faut s’en réjouir, semble de plus en plus concerné par les difficultés des plus humbles, le Parti socialiste gersois appelle « tous les groupes de la majorité à un peu plus de responsabilité, parce que les Français ont absolument besoin que ces mesures soient prises vite, parce que c’est une urgence ».

_______________________________

1- Pour un retraité qui touche une pension de 1 000€, l’augmentation des retraites de 4% annoncée à grands roulements de tambours par le député Cazeneuve fait 40€ par mois, soit 1,30€ par jour. Un « ruissellement » dérisoire avec une inflation annoncée à plus de 6%…

Téléchargez ici le communiqué de presse