Réforme des retraites : Anne Hidalgo s’engage à sanctuariser la retraite à 62 ans

Alors que le secrétaire d’Etat chargé des retraites, Laurent Pietraszewski, fait aujourd’hui une visite promotionnelle et électoraliste du Gouvernement dans le Gers, et après que le Président de la République ait une nouvelle fois rappelé hier « qu’il faudrait travailler plus longtemps avant de partir à la retraite », le Parti socialiste gersois réaffirme avec force son attachement au principe de protection des couches les plus fragiles de la population.

Le « serment de Perpignan » prononcé le 12 décembre dernier par notre candidate à la présidence de la République, Anne Hidalgo, prévoit de sanctuariser à 62 ans l’âge de départ à la retraite. «Repousser l’âge du départ à la retraite est la plus injuste des décisions. C’est faire payer le prix fort à ceux qui ont commencé à travailler le plus tôt et à ceux qui ont eu les parcours professionnels les plus hachés par les crises. C’est imposer une double peine aux femmes qui subissent déjà un salaire amputé d’un quart », a notamment déclaré Anne Hidalgo.

Concernant les retraites agricoles, le secrétaire d’Etat Pietraszewski rappelle sans sourciller que l’objectif du Gouvernement est « de mener tous ceux qui ont des retraites agricoles, et qui n’ont que ça, à 85% du Smic agricole qui est actuellement de 1085 € ». On ne peut que souligner le caractère ridiculement modeste de cette ambition dont le Gouvernement a exclu, sous couvert d’un principe d’équité qui s’avère parfaitement inique, tous ceux qui perçoivent simultanément d’autres pensions, le plus souvent dramatiquement maigres.

La revalorisation du montant des pensions et du pouvoir d’achat pour tous est un élément central du programme socialiste porté par Anne Hidalgo, qui s’engage également à revaloriser de 15% le montant du Smic.